Obsolettrismes


Ville 2

Assez de ce placard profond a hauteur de grenier, de cette mythologie mentale propre aux espaces fermés. J ai tourné la clef deux fois sur elle meme et suit sortit tater avec une délectation souterraine ces instants premiers de ma liberté. A moi la ville et ses frontières imaginaires . A moi seul les murs de verre et les marées de béton. A moi les dédales du silence sous le soleil de minuit et les errances lassantes: j ai laissé derriere moi ce qui me liait encore aux miens, et a leurs règles abrutissantes.
Deja n'ai je pas encore passé le coin de ma rue que mes paumes palpitent de cette fuite en avant. J'esquive cette foule qui glisse a contresens de ma dérive joyeuse. quelques foulées et bientot je serai dans ces vides qu'offre la cité aux déshérités, cette part de gigantisme qu' elle dissimule en son sein, refuge des uns, chaos des autres.


15/01/2014
0 Poster un commentaire

Obsolettrisme

Obsolettrisme pour désigner l alchimie de la peinture en écriture.

Au travers du mot, imager le trait.

Voyager imprudamment en alphabécie, narguer la police du livre et sa grammairer. Faire du recel de mots, tenter de saisir la lettre qui n existe pas encore au détour d un anachronisme pictural. Vivre a l époque préhistorique de la couleur. Se nourir a la charcuterie graphique du coin. Ecrire sur les murs.

Paris la nuit est un dictionnaire sans sommaire; j archive la ville comme mes cahiers d enfance, loin des hercules du boulevard. L'érrance est une substance.

Les ondes cybernétique relayent ma solitude d enlumineur nocturne.

Votre lettrage, sur place ou a emporter?


14/02/2013
0 Poster un commentaire

Ville

J aime en la ville ces lieux que toutes formes de vies humaine ont delaissées, tapis pourtant au creux du marasme citadin; sous sols humides et invariables, bruyamments silencieux; toits abruptes et batisses a demi couchées, que recouvre une indomptable vegetation; parcs deserts a l aurore, quais de gare obsoletes, craquelés et ternis, qui pointent vers de semblables et incomparables ailleurs;tunnels centenaires peuplés de grillons;clochers et beffrois vertigineux, grandes enseignes assoupies et dédales électriques. ces lieux en voie de disparition respirent un air sacré et portent en eux l ame veritable de la ville.


14/02/2013
0 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :